Baptême de l'école de Ribiers ... et un imprévu !

Ribiers , 09 juin 2017

Petit compte-rendu de mes interventions à Ribiers ce vendredi 09 juin à l'occasion du baptême de l'école. Elle s'appelle désormais "Ecole Bonnetty-Marceloff", du nom du couple qui a permis à ce petit village du Buëch de bénéficier, 3 ans avant les lois Ferry de 1881-1882, d'un enseignement laïc et gratuit. La journée s'est achevée par une belle surprise !

La plaque apposée sur l'école primaire de Ribiers.

 

Ma journée débute à l'école, où je dois faire un atelier pédagogique afin d'expliquer aux enfants pourquoi leur école porte désormais le nom du couple Camille Bonnetty - Emile Marceloff. J'interviens d'abord dans la classe des CM, ensuite dans celle des CP-CE. A l'aide d'un diaporama alternant extraits d'archives faciles à lire et photographies anciennes, je leur raconte l'histoire de la bataille scolaire qui a agité Ribiers de 1875 à 1879 :

  • le fructueux héritage que fait Camille à la mort de son oncle, qui amène ce couple de Lorrains à Ribiers et place Emile Marceloff parmi les 11 personnes les plus fortement imposées de la commune (et oui, les femmes n'ayant pas la majorité juridique, c'est Monsieur qui dispose de l'héritage !)
  • les écoles de Ribiers, alors payantes : celle des garçons où enseignent des prêtres congréganistes, celle des filles ou officient des religieuses
  • la décision de Camille de donner à la commune de Ribiers un jardin ... à condition que celle-ci y fasse construire une école publique. Pour faire ce don, Camille a sollicité l'autorisation de son époux.
  • la bataille scolaire qui s'ensuit : les soeurs qui quittent la commune sans faire de difficulté, remplacées par une institutrice laïque, les prêtres maristes qui refusent de partir, la pétition de soutien en leur faveur
  • pour finir, l'organisation d'un vote au conseil municipal en 1879 : le maire propose que les écoles de Ribiers deviennent gratuites. Le vote se déroule en deux temps. Les 11 membres du conseil municipal votent à bulletins secrets : 11 oui. Les 11 plus fort imposés de la commune votent ensuite (dont Emile Marceloff ...) : vote à bulletins secrets encore, dont il ressort 10 non et ... un seul oui. On devine qui a fait pencher la balance !

L'après-midi est consacrée à une conférence "pour les grands", élus compris, avec inauguration officielle de la plaque et un pot. La télé locale est là ! Je suis donc filmée .... 15h10 Je commence ma conférence, dont vous avez vu quelques images dans le petit reportage ...

Avez-vous remarqué la porte au fond à droite, derrière mon public d'adultes ?

Hé bien figurez-vous qu'à 15h20, j'ai vu la porte s'ouvrir et .... sont arrivés une partie des enfants du cours moyen que j'avais eus le matin ! Les voilà qui s'assoient parterre derrière les adultes sur leurs chaises.

J'étais très contente de les voir là, pensant qu'il y avait un adulte ou deux derrière tout ça. Que nenni ! Ils étaient en TAP (périscolaire) et avaient demandé à leur intervenante l'autorisation de venir à la conférence !

Ils sont venus devant avec moi, on a raconté l'histoire ensemble, ils ont lu les extraits d'archives découverts le matin, ils ont expliqué ce qu'est une école publique, une école laïque. La télé était partie, il n'y a pas d'image mais je peux vous dire que c'était très sympa !

Merci les enfants, grâce à vous tous les adultes ont passé un bon moment !